MTC - Ecole reflexologie
MTC - Ecole reflexologie
Association Energie Centre de Recherches et de Formations en Réflexostéothérapie
 Association Energie  Centrede Recherches et de Formations en Réflexostéothérapie

mon humeur du moment...                         ou...

une mise au point au grès du vent !

La gazette est un espace pour dialoguer, échanger avec vous :

 

je lance des sujets, je donne des pistes de recherches, de réflexions....  et j'attends vos commentaires, vos questions, vos remarques, vos points de vue, vos idées...

LES LOIS FONDAMENTALES

 

La transmission de toute tradition, orale d’abord, puis écrite, implique sa dégénérescence ; inévitablement des données se perdent ; inéluctablement, dans ce temps de matérialité, cette vision dynamique et dialectique de la vie se convertit en une doctrine statique et structurale.

Il nous faut donc la retrouver, d’abord, condition sine qua non, à partir des textes, par des traductions qui transmettent sans trahir (transmettre et trahir ont la même étymologie : (tradere »).

Ensuite, en essayant de percevoir la réalité exprimé par les images, idéogrammes et symboles ; enfin, en confrontant cette perception avec nos sciences contemporaines, ces sciences parcellaires, ne peuvent contenir la M.T.C., globalité, mais elles nous aident à vérifier le bien fondé de nos interprétations, toute donnée scientifique doit pouvoir être incluse dans ce modèle traditionnelle puisqu’elle est mesure de la même réalité.

 

L’ouvrage et l’œuvre que j’ai mis en place à travers mes copies, la pratique et méthode ancestrale, n’est pas démonstration, c’est l’ouverture, chemin et recherche.  Personne n’est la médecine Chinoise ; elle est au – delà de notre multiplicité. Mes cours ne peuvent donc être que témoignage de la voie suivie pour appréhender l’esprit de cet Art ancestral et sa dimension dialectique.                                                                                                                                                     Témoignage d’une tentative de synthèse entre ce que nous savons des différentes cosmogonies et médecines traditionnelles.                            

Témoignage enfin d’une aspiration à retrouver cet ordre du monde qui, comme cette médecine traditionnelle, est en nous, est en vous !

 

G.S.D.M , tout en gardant sa personnalité d’Européen,  a su s’imprégner d’une façon de sentir et de penser essentiel le- ment chinoise. Si l’analyse proche - Occidentale a abouti à la notion de Lois dans le Savoir, la synthèse extrême – Orientale a atteint la notion de Symbole dans la Connaissance, et ceci peut – être autant que cela. C’est la profondeur, l’ampleur de ses études qui ont permis indiscutablement à cette étonnante médecine de prendre racine en France, puis en Europe.

 

Les lois fondamentales ; Commençons par mettre en place les principes qui, dans les médecines traditionnelles, président à la construction de tout être vivant.     L’homme est un reflet de l’univers.  Il est microcosme analogue au macrocosme. L’appréhender c’est connaître l’univers et ses lois. La M.T.C. n’est pas un fait d’observation ; elle est l’application à l’Homme du modèle de la vie, décrit dans les sciences traditionnelles. Ce modèle évoque un monde en mutation permanente, qui, fait capital, est avant tout relations et mouvements. Fondamentalement, tout est mouvement, dans le temps et l’espace ; on peut mieux cerner pour mieux percevoir un phénomène l’analyser en instantané, mais à condition de ne pas le figer dans un état,

(au début de mes études j’avais d’énormes problèmes à comprendre cette dialectique, à mettre en relation le rapport nature - Homme, aujourd’hui encore je découvre des relations flagrantes dans cette relation « nature – Homme »).

Ce modèle situe les principes qui président aux structures, fonctions, mouvements et relations de tout être vivant. Parce qu’il s’attache aux principes et aux lois générales, il est à même de décrire l’infinité des phénomènes de la Vie, tous, dans le même temps, universels parce que participant des mêmes principes et singuliers ; car c’est une des particularités de ce dialogue permanent entre le Un et le Multiple (mais il n’est pas pour autant confusion), que d’engendrer des êtres à la fois spécifiques et universels.  

        

Ce modèle à deux bases fondamentales ; les nombres et la dialectique. Les nombres et non les chiffres ! Les chiffres ne représentent qu’un langage, qu’un code, sans réalité vraie, les nombres sont, eux, la réalité ; plus, ils en sont l’origine : « le nombre est un être vivant qui constate qu’il n’est pas d’unité durable dans ce monde manifesté, que toujours et partout coexistent deux termes opposés et complémentaires dont l’un est Yin par rapport à l’autre Yang.  Ainsi les nombres et quelques données dialectiques peuvent rendre compte dans le même temps de l’unité et de l’infinité multiplicité de la Vie ; ils définissent en effet les principes et les lois qui la régissent.                                 

En exemple je prends comme image, la musique avec ses douze notes, trois clés, et quelques différents registres et quelques règles, on a pu écrire et on écrira une infinité de partitions, chacune spécifique. (Cela n’est possible que parce que la musique, inéluctablement faite de sons et de silence « principe de dualité et de complémentarité » établit d’abord entre les différentes notes, puis entre les phrases, enfin entre les mouvements, des rapports qualitatifs « les fréquences » et des rapports dynamiques « le rythme »). Ce qui est important, ce qui est la réalité, ce n’est pas ce qu’est telle note par elle – même, ce sont les rapports qu’elle établit, d’abord avec celle qui la précède et celle qui la suit, ensuite avec la phrase dans laquelle elle est située, plus loin avec le mouvement, enfin avec l’ensemble et ce sur les deux plans de la qualité et du rythme. Remarquons qu’il faut aussi tenir compte du timbre car un contre ut émis en ténor, un clavecin, un piano, ou un violoncelle, est chaque fois différent, et qu’enfin, une symphonie a une vie différente suivant l’être qui la perçoit et plus, pour le même être, selon le moment.

Je vous laisse repenser à ces notes de musique que vous allez remplacer par les différents méridiens, avec leurs résonnances, que ce soit dans les divers mouvements, relations avec les organes, les saisons, l’Homme dans toute sa structure. De la même manière, l’infinité des partitions de la vie est sous – tendue par dix nombres et quelques données dialectiques. 

 

Les endroits ou le praticien doit songer pour Tonifier ou Disperser en vue d’un certain effet, varient selon celui des trois méthodes de M.T.C. qu’il entend appliquer : ou de locale ; ou celle du Méridien malade ; ou celle du Yin ou du Yang.

La dernière méthode permet d’obtenir tous les effets possibles, et confère, ce que les deux autres ne peuvent donner, une certaine immunité contre le retour de la même maladie, en même temps qu’une immunité plus générale. Elle constitue la vraie réflexologie basée sur le concept de la médecine chinoise.  De nombreux livres réflexologiques voient le jour, de très beau livres certes, mais le contenu, laisse perplexe ! On ne peut malheureusement mélanger deux techniques aussi différentes l’une de l’autre et en faire une seule, par exemple mélanger celle basée sur la voute plantaire et la notre basée sur les Méridiens.                                                                                                                               

 

Cette forme de M.T.C., qui est appelée en chine Méridien direct, exige seulement la connaissance des zones réflexes et points tonifiants et dispersants. Elle est nettement plus scientifique et active que la forme dite locale, mais elle ne donne pas de résultats aussi profonds et durables, une immunité générale aussi marquée que la forme utilisant Yin et Yang. (Lors de nos cours, et au moment opportun,  nous allons vous démontrer les différentes techniques et la mise en pratique de ces méthodes).

Le traitement des extrémités opposés consiste à s’adresser à la tête yang pour les pieds Yin et réciproquement ; aux mains yang pour les pieds Yin et vice versa ; pour la tête Yang, aux mains qui alors sont Yin par relativité.  On comprendrait aussi logiquement l’action sur les méridiens opposés, dont il vient d’être question ; mais on verra qu’il s’étend à d’autres Méridiens que le seul malade.                                                                                                                                                                         

On revient aux lois fondamentales ou les nombres ont une importance capitale dans la M.T.C. Par la suite les nombres vous permettront de mieux cerner et de comprendre le fonctionnement de cette vraie M.T.C. Sans cette compréhension dialectique vous ne pouvez mettre en place les quatre + un élément, les cinq +un mouvement.

Je ne vais pas entrer dans l’approfondissement et le principe Binaire du Yin et Yang, qui exprime la dualité et complémentarité de la vie, qui appartient à la structure de la vie qui est mouvement. En vertu de ce principe, tout objet, ensemble ou être vivant est obligatoirement constitué de deux termes opposés et complémentaires. (Le vrai mot me semble être « contradictoire » ; mais j’hésite à l’employer car son sens occidental a perdu la notion de complémentarité). J’insisterai énormément sur ce principe de dualité, mais il est capital, tant pour connaître cette vraie médecine ancestrale à en comprendre les ouvrages et les rouages que pour saisir la relativité des phénomènes de la Vie.

Dans ce contexte il est primordial de comprendre le message que nos anciens nous ont laissés, j’insiste énormément sur ce mot "  comprendre » avant d’apprendre. A quoi cela vous avance d’apprendre une technique, une méthode si vous ne savez pas expliquer ce que vous faites, comment cela fonctionne ? En ce qui me concerne personnellement, je ne peux enseigner une méthode sans pouvoir vous l’expliquer, il en est de même pour les cartographies, c’est facile de mettre les zones réflexes à tel endroit du pied , des mains, de la tête, du tronc si vous ne pouvez expliquer la raison de son emplacement ! 70% des réflexologues ne peuvent expliquer comment fonctionne la réflexologie, c’est quand même aberrant ; il en est de même à une proportion moindre pour les ostéopathes ! 

                                                 ,

Après le binaire il y a le Ternaire ; Ciel, Terre & l’Homme « trois » nous dit les conditions nécessaires p our que la Vie apparaisse, pour qu’une création se fasse.

Le Quaternaire ; les conditions de l’existence, les quatre états, les quatre plans de manifestation, les quatre matières… 

Le Quinaire, les quatre éléments centrés plus un,  et les cinq mouvements (Yin & Yang, elles sont opposées et complémentaires ; opposées, il convient donc de ne pas les confondre, complémentaires, il ne faut pas les dissocier). 

Le Senaire : les trois Yin & les trois Yang, les six entrailles curieuses, les hexagrammes, les six énergies. Les trois fusions. Remarquons au passage que seule la décomposition des cinq mouvements en trois yang et en deux Yin permet d’expliquer les correspondances décrites dans tous les ouvrages entre telle énergie et tel mouvement.

Le septénaire « L’énigme » est lié aux moyens qui sont donnés pour mener une création à son terme, pour fermer le cycle spirale d’une manifestation.  L’Octonaire, la troisième dimension, les trigrammes, la transmission de la Vie.

Puis les Neuf et Dix, le nombre neuf signifie l’ultime développement de la création, le Dix est un chiffre ambigu, évoquant selon les cas l’aboutissement du premier plan de manifestation ou la vie – début du deuxième plan de manifestation.

 

 Après l’étude des nombres et des chiffres on peut passer aux éléments, aux mouvements, au macrocosme et au microcosme. Mais on ne peut sauter un pallier de peur de ne pas s’y retrouver...

LA STRATEGIE DES ZONES

 

Quelque soit le système de raisonnement étiologique et physiopathologique adopté par le praticien aux mains nues devant son patient, la finalité repose toujours sur une stratégie de choix, d’un ou des points, d’une ou de plusieurs zones réflexes à travailler.

 

La stratégie Humaine vise à rééquilibrer l’état énergétique global de l’individu en agissant sur ses cinq racines (Jing, Qi, Shen, Xue et Jin Ye) d’après le Dr tran Tuan Anh.

Elle est basée principalement sur deux grands systèmes :

  • le système des Organes-Entrailles (Zang Fu Bian Zheng),
  • le système des cinq phases (ou des cinq mouvements, je préfère dire là les cinq phases car en ce qui me concerne, on ne peut dissocier les mouvements des éléments).

Tran Tuan Anh disait : « en nous rapprochant le plus près possible des zones, des points d’acupunctures se situant dans cette zone, ou chacun d’eux contient déjà en lui – même de nombreuses fonctions propres, indépendamment de leurs localisations anatomiques ou de leurs actions sur les Zang Fu, la stratégie du Ciel (Du Xue Liao Fa) consiste à trouver ce point, unique et personnel, qui agirait comme un redémarrage énergétique global ».

Tel le bouton « Reset » sur un ordinateur, permettant à celui – ci de revenir à son état de bonne santé antérieure et  à oublier l’événement causal du déséquilibre.

 

Ces phrases, doivent nous mettre en éveil pour ne pas matraquer le corps de nos patients d’aiguilles…., G.S.D.Morant est du même avis, il écrivait : » une seule piqûre peut faire évanouir des centaines de maladies, faites au maximum quatre piqûres, ceux qui criblent tout le corps sont très détestables ».

Dommage que cette M.T.C. est tellement été européanisée ; peut-être pour aller plus vite, ou parce qu’il est difficile d’entrer en profondeur dans son contexte, de dialectiser ses notions .. ?

 

La médecine ancestrale reposait avant tout sur l’équilibre Yin et Yang et c’est  exclusivement sur les douze méridiens Principaux et les huit merveilleux que s’attardaient les praticiens en utilisant comme base de travail les fonctions des zang-fu et l’entretien de la vie.  

Je ne me suis pas trop posé de questions, je me suis imposé une connaissance globale des forces et des limites de ces diverses stratégies qui permettent un raisonnement correct et un choix judicieux devant le tableau clinique du patient.

 

Ainsi comprendre la M.T.C., c’est d’abord appréhender la dialectique de l’Homme qui la définit jusque dans ces moindres détails. La dialectique consiste à assembler des éléments qui sont séparés et à définir leur opposition et leur complémentarité, c’est à dire leur contradiction. Elle est indispensable car nous sommes dans un monde de dualité. Cela n’a jamais été bien compris ni expliqué parce que l’on a toujours tenté de ramener la M.T.C. à une thérapeutique par des points en négligeant ce qui en est la racine.

 

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© association energie